La papeterie Tsubaki

Mise à jour le 09/08/2022
Ito Ogawa
Éditions Philippe Picquier,
2021

La Papeterie Tsubaki raconte le quotidien simple de Amemiya Hatoko, dite Poppo, 25 ans, dans la petite ville japonaise de Kamakura, au bord de l’Océan Pacifique. Elle a pris la relève de sa défunte grand-mère, l’Aînée, qui tenait la papeterie Tsubaki et faisait écrivain public.

Le roman retrace une année ; une année au cours de laquelle Poppo se réconcilie avec la vie, s’ouvre enfin aux autres, se découvre et se réconcilie peu à peu avec son passé et ses fantômes. Au fil des chapitres et au rythme des traditions japonaises, Poppo nous emmène découvrir son petit univers :

  • sa ville, qui m’a tellement fascinée que le petit plan fourni au début du livre ne m’a vite plus suffi… Je me suis empressée de suivre ses pas sur Google Maps
  • son entourage -aussi bien les vivants (Madame Barbara, le Baron, Panty, la petite QP -à chacun son petit surnom) que les morts (l’Aînée et Tante Sushiko)
  • la calligraphie -comment choisir son papier, son encre ou sa plume… selon son sujet, son destinataire…

Pas de rebondissement dans cette histoire, seulement les jours qui se succèdent les uns aux autres. Et pourtant impossible de lâcher le livre !
Sa simplicité lui donne juste une teinte merveilleuse, impossible de le reposer après l’avoir commencé !

Image